Vous êtes ici : Accueil > ELEVAGE > Equins > Bâtiments - équipements > Ambiance et ventilation de bâtiments pour chevaux

Ambiance et ventilation de bâtiments pour chevaux

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les Chambres d'agriculture aident les porteurs de projet à faire leur choix sur leurs futurs investissements en matière de bâtiment. Même si les dimensions du logement et l’espèce diffèrent, il existe des règles communes de base sur le bien-être animal, le travail et la ventilation.

Cependant, la question du logement du cheval adulte dans un box individuel est particulière, avec des préoccupations économiques et de production différentes des autres espèces. Depuis quelques années, nous répondons à une demande de plus en plus forte du terrain sur le logement des équins avec la conception des installations qui se conclut en général par la demande de permis de construire.

Vers l'optimisation de la ventilation des bâtiments

Les écuries intérieures sont les plus sensibles aux problèmes de ventilation. La ventilation des bâtiments équins en Normandie est dans nombre de cas une ventilation dite naturelle, c’est-à-dire qu’il n’est pas fait appel à la mécanique (ventilateurs, extracteurs).

En effet, les bâtiments fermés sont en général assez peu larges, ce qui permet de les ventiler simplement. Pour fonctionner correctement et avoir une bonne ventilation, un bâtiment bi-pente ne doit pas dépasser 20 m de largeur.

Malgré tout, il y a des règles à respecter pour pouvoir régénérer l’air des écuries.

La ventilation va contribuer à une bonne santé des animaux et du bâtiment, elle va permettre d’évacuer les gaz, la vapeur d’eau et l’air vicié. En transformant la nourriture en énergie, les animaux vont dégager de la chaleur. Ils vont en dégager aussi par la respiration et la transpiration. Les gaz vont venir également du fumier.

Une bonne ambiance dans une écurie est une ambiance débarrassée de poussière et de gaz, avec un renouvellement régulier de l’air.

La différence de température entre l’intérieur et l’extérieur

Pour ce type de ventilation, il doit y avoir une différence de température entre l’intérieur et l’extérieur.

L’air froid entrant dans le bâtiment va se réchauffer et monter, avant d’être évacué par un faîtage ouvert.

Les entrées seront réparties sur les longs pans du bâtiment et l’ouverture au faîtage sera sur la longueur de la toiture. Cette disposition permettra de faire entrer et sortir de l’air, sans courants d’air.

Les ouvertures seront placées plutôt en partie haute des longs pans afin que l’air ne retombe pas immédiatement sur les chevaux. Dans ce cas, les ouvertures pourront être équipées de joues, mais il faut prendre garde à ne pas former de saillies pouvant blesser les chevaux.

Reconnaître un bâtiment mal ventilé

Dans des bâtiments mal ventilés, il est possible de constater des traces de condensation sur les murs ou la charpente ou encore une odeur d’ammoniaque.

En matière d’implantation et de principe généraux de ventilation, nous travaillons avec des travaux complets déjà anciens de l’Institut de l’Elevage et des Chambres d’agriculture.

Les effets vents

Avant de s’intéresser à la ventilation propre du bâtiment, il convient de comprendre dans quel espace ce bâtiment est, ou va être, implanté. En effet, en fonction des éléments naturels et des obstacles du lieu, nous pouvons déterminer comment va fonctionner le bâtiment en matière de ventilation.

Il s’agit dans un premier temps de comprendre et de reconnaître les effets vents qui vont contribuer à ventiler le bâtiment. Dans la nature, il existe beaucoup d’effets vents : effet couloir qui va rebondir sur, ou dans, le bâtiment; la suppression ; la dépression; l’effet guide qui vient d’un mur ou d'une bâtisse; etc....)

L’orientation du bâtiment

L’orientation du bâtiment est importante, nous orientons nos bâtiments le plus souvent au sud - sud-est, ce qui nous permet d’avoir un très bon ensoleillement hivernal. Cette exposition est aussi la moins exposée aux vents dominants.

Les besoins physiologiques

Les besoins physiologiques des chevaux sont aussi à prendre en compte. La plage des températures est large mais il ne doit pas, ou peu, geler et il est important de savoir si les chevaux vont être logés en période estivale. Dans ce cas, il faudra éventuellement prévoir une isolation au moins en toiture.

Par ailleurs, l’écurie peut être isolée mais cela ne dispense pas, au contraire, de la ventiler. Un taux d’humidité  élevé risque d’altérer les propriétés isolantes de la robe du cheval. Inversement, s’il est très bas, il peut assécher les muqueuses nasales du cheval qui ne joueront plus leur rôle. Des volumes de bâtiment adéquats éviteront les variations brutales préjudiciables à la santé des chevaux. Dans les écuries intérieures, les volumes sont souvent importants, si le couloir central entre dans le calcul.

Les entrées d’air

Pour faire entrer de l’air sans courant d’air dans un box, une fenêtre peut être suffisante mais cela fait entrer de l’air à la hauteur des animaux. Il vaut mieux conserver ces ouvertures pour satisfaire la curiosité naturelle des chevaux et compléter les entrées d’air estival.

Il est préférable, quand cela est possible, de réaliser des entrées d’air par un bardage à claire voie (planches de 15 cm espacées de 1,50 cm). Ce type de pose va réduire les vitesses et diffuser l’air sur l’ensemble du long pan sans faire de courant d’air. On choisira de placer ce dispositif au-dessus des animaux, c’est-à-dire à au moins 2,40 m de la litière.

En revanche, le bardage bois, même s’il contribue à une meilleure insertion paysagère, doit être accompagné d’un système pour l’éclairage naturel du bâtiment. Le coefficient de surface sert à connaître la surface de bardage à mettre en œuvre.

Les sorties d’air

Les systèmes de sortie d’air aujourd’hui proposés sont principalement des faîtages ouverts qui sont les systèmes les plus simples à mettre en œuvre.

Toutefois, les lanterneaux sont bien plus intéressants car, en plus de laisser l’air chaud sortir, ils limitent les retombées d’air. En outre, des constructeurs les proposent avec un élément de couverture translucide important qui est intéressant pour la lumière et évite, en matière d’insertion paysagère, l’effet patchwork des plaques de toiture.

Les cheminées sont plus délicates à mettre en œuvre ; elles seront réservées à l’aménagement de bâtiments existants à améliorer. Elles doivent dépasser de 50 cm le faîtage. Une cheminée est efficace sur un rayon maximum de 7 mètres.

La lumière naturelle

La lumière naturelle contribue aussi à une bonne ambiance dans l’écurie. Il y a beaucoup de bâtiments avec des plaques de toiture transparentes. C’est une solution économique qui est proposée par les constructeurs aux porteurs de projet. Cependant, les plaques en toiture favorisent les échanges brusques de température. Il convient donc d’installer un éclairage par toiture sur le couloir central et un bandeau translucide en long pan.

Offre de services

Je veux construire ou aménager un bâtiment agricole

Un accompagnement sur mesure par des experts indépendants

En savoir +

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

Publications

Actualités

Agenda

Aucune actualité disponible.

Lire aussi

  • Economies d'énergies