Atteler et dételer en sécurité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Organiser les manipulations pour être efficace et diminuer les risques d’accidents.

Pourquoi choisir cette solution ?

Améliorer les conditions de travail

En raison de la fréquence de l’attelage – dételage et de la disponibilité des tracteurs de l’exploitation en certaines périodes intenses. Moins de stress et plus de sécurité.

Diminuer le risque d’accident

Pour éviter de se retrouver coincé ou écrasé entre le tracteur et l’outil, ou de se faire happer par la prise de force.

Gagner du temps

Faciliter l’approche du tracteur et le branchement des flexibles hydrauliques.

L’essentiel à savoir

Une bonne connaissance du matériel utilisé

Bien lire les notices d’utilisation du matériel fournies par le constructeur, et s’assurer que les personnes intervenant sur le matériel soient sensibilisées aux risques de l’attelage-dételage et bien formées aux manipulations.

Une utilisation en sécurité

Bien serrer son frein à main et débrayer la prise de force avant de descendre du tracteur.

Eviter au maximum d’être entre le tracteur et l’outil et si besoin prendre toutes les précautions pour ne pas se mettre en danger.

Utiliser le relevage une fois qu’il n’y a plus personne entre le tracteur et l’outil. Eviter le basculement du matériel en réglant les deux bras de relevage à la même hauteur.

Faciliter le branchement des flexibles hydrauliques en relâchant la pression dans les distributeurs.

Vérifier régulièrement la prise électrique et la changer si elle est en mauvais état pour éviter les dysfonctionnements pouvant mettre en danger l’utilisateur.

S’assurer que la protection de la prise de force est en permanence en bon état.

Trucs et astuces

Le dételage prépare l’attelage : pensez à décrocher vos machines sur un sol stable et plat. Utiliser au besoin les supports prévus par le constructeur ou des cales pour stabiliser, rehausser et faciliter l’approche du tracteur. Prévoir un logement pour que celles ci suivent le matériel.

Mettre un repère visuel sur le tracteur pour faciliter l’alignement du piton d’attelage avec la flèche de la remorque.

Penser à harmoniser vos différentes pièces d’attelage entre les machines et les tracteurs utilisés.

Il existe des dispositifs d’accouplement hydraulique et électrique qui facilitent le raccordement.

Combien ça coûte ?

La vigilance ne coûte pas grand-chose.

Le coût peut être faible et variable, il dépend du matériel utilisé sur l’exploitation et des options d’attelage : accouplement hydraulique, électrique… Des formations sont dispensées par la MSA et les constructeurs.

L'expérience de Yves Carpentier

« Sur l’exploitation, chaque matériel est accessible à une place dédiée, ce qui facilite les futurs attelages. Cela nous permet aussi à mon salarié, aux adhérents de la CUMA et à moi-même de toujours savoir où se trouvent les outils. C’est un gain de temps important quand on travaille à plusieurs.

Pour bien ranger le matériel, nous utilisons des calles. Celles qui sont fournies par le constructeur le suivent systématiquement. Je ne veux pas voir de silex ou de parpaing qui, je le sais par expérience, peuvent casser et donc constituer un danger.

Un matériel stocké sur un sol stabilisé et plat évite d’ajuster les bras de levage pour atteler et refaire la manipulation arrivé au champ pour régler le matériel.

Je suis président d’une CUMA et j’estime que c’est de ma responsabilité que chaque utilisateur puisse prendre en sécurité le matériel stocké chez moi. Si le matériel est mal rangé, c’est une source d’insécurité, mais aussi une perte de temps qui peut aller du simple au double.

Ce n’est pas un sujet que l’on aborde d’emblée entre agriculteurs, sauf malheureusement quand il y a un accident. Je me souviens lors d’un chantier avec un voisin, nous avons effectué un changement de benne. A la livraison, il s’est avéré qu’il n’avait pas vérifié la sécurité sur le piton d’attelage. Avec le report de poids, tout a basculé, le cardan c’est démanché, il ne restait plus que le flexible. Ca m’a fait tout drôle de me retrouver avec la flèche de la remorque à 40 cm du visage. Depuis c’est un réflexe, quand ce n’est pas moi qui attelle, je fais systématiquement le tour du convoi. Travailler à deux est un gain de temps, mais ça ne doit pas faire oublier d’être vigilant.

Je suis pénalement responsable envers mon salarié. J’ai donc l’obligation d’avoir du matériel entretenu et je suis particulièrement vigilant sur les protège-cardans et les prises électriques. »

L'exploitation agricole

Yves CARPENTIER, polyculteur-éleveur
à Epinay-sur-Duclair (76)