Disposer d’un matériel sûr

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

L’utilisation d’un matériel sûr pour réaliser des tâches et améliorer mes conditions de travail.

Pourquoi choisir cette solution ?

Améliorer ses conditions de travail

Réaliser le travail aux meilleurs moments et dans de bonnes conditions : attelage/dételages, prise en main, facilité des commandes.

Plus de sécurité

Choisir une machine sûre permet de mieux garantir la sécurité des utilisateurs.

L’essentiel à savoir

Bien choisir sa machine

Bien définir les tâches et les besoins en terme de qualité de travail souhaitée, de capacité ou de cadence, de conditions d’emploi : attelage/dételage, gabarit, compatibilité du matériel par rapport aux locaux, accès aux parcelles, tracteurs compatibles et autres matériels.

Dans le cas d’un achat en commun, bien prendre en compte les attentes de chacun.

Ne pas hésiter à solliciter l’avis d’autres utilisateurs.

Une machine sûre

Les constructeurs doivent respecter des règles de sécurité dès la conception de leurs machines. Lors de sa vente ou de sa revente, chaque machine doit être accompagnée d’une plaque CE, d’une attestation de conformité et d’une notice d’instructions.

Une utilisation en sécurité

Choisir et utiliser une machine en sécurité, c’est respecter les instructions du constructeur, bien se familiariser avec sa « conduite », et transférer les consignes dans le cas de plusieurs utilisateurs. Une formation à la prise en main et la conduite peut être proposée par le vendeur.

Prendre en compte la facilité de réglage et de maintenance pour une utilisation optimale est un gage de sécurité.

Maintenir les dispositifs de protection toujours en bon état et en place.

Vérifier la compatibilité des systèmes d’attelage et les conditions et le lieu du dételage et d’accouplement hydrauliques, électriques.

Pour certaines machines, des vérifications et des autorisations de conduite peuvent être demandées. Ces principes de bon sens sont particulièrement à vérifier lorsque l’on est employeur de main d’oeuvre.

Combien ça coûte ?

Le coût est variable et doit prendre en compte :

  • l’investissement,
  • la formation,
  • le fonctionnement,
  • l’optimisation du temps : limitation des pannes et arrêts techniques, maîtrise des fonctionnalités, compatibilité des différentes machines.

L'expérience de Laurent Moinet

« Je voulais une machine capable de distribuer du foin de graminées et de luzerne, de façon à améliorer la consommation des vaches tout en limitant le gaspillage.

J’ai choisi un « bol » qui répond bien à cet objectif. Le choix du mono-rotor me permet de préparer et distribuer la quantité d’aliments en une seule fois pour la journée, tout en restant sur une dimension de machine compatible avec mes installations.

Je me suis renseigné auprès d’utilisateurs de machines comparables sur les performances, la puissance demandée au tracteur et la consommation potentielle, ce qui avait de l’importance pour moi.

Le temps d’utilisation se situe autour de ½ heure à ¾ d’heure avec un tracteur qui tourne au maximum à 1 000 tours environ, ce qui limite sa consommation.

Pour moi la question de la sécurité proprement dite ne doit pas se poser si la machine a été bien conçue en tenant compte des besoins des utilisateurs.

J’ai quand même fait attention à sa facilité d’usage au quotidien. N’ayant pas de tracteur attelé en permanence, je voulais un système d’attelage facile.

A l’usage, je me rends compte que la béquille n’est pas si pratique que cela, et les accouplements hydrauliques et électriques ne me permettent pas de l’atteler sur tous les tracteurs.

L’entretien est limité à un graissage régulier et facile, et à une révision annuelle des couteaux nécessitant un changement tous les deux ans.

La prise en main a été facile. La première année, le trop fort serrage des boules de foin provoquait la rupture de boulons de sécurité. J’ai réglé le round-baller en conséquence et aujourd’hui tout va bien. »

L'exploitation agricole

Laurent MOINET, éleveur
à Dampierre-en-Bray (76)