La laine de bois : pratique, économique et écologique !

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Objectif

La simplification de l’hygiène de traite.

Principe

Simplifier l’hygiène de traite en remplaçant les lavettes individuelles et le pré-trempage par l’utilisation de la laine de bois. C’est un produit naturel fabriqué à base de fibres d’épicéa et de pin.

Points forts - Points faibles

Points forts

  • Travail au sec 
  • Faible coût
  • Produit naturel et biodégradable qu’il est possible d’intégrer au fumier
  • Meilleure stimulation des mamelles sans les agresser
  • Aucune dégradation sanitaire observée
  • Diminue les gestes pénibles (transport des seaux, moins de manipulations des trayons) 
  • Réduit la consommation en eau 

Points faibles

  • Attention aux fibres qui peuvent tomber au sol et boucher les évacuations d’eau dans la salle de traite
  • A ne pas utiliser au sein de troupeaux dont la situation sanitaire n’est pas maîtrisée

Conditions/Règles de mise en œuvre pour être efficace

  • N’utilisez qu’une laine de bois prévue spécialement pour la traite, soit une laine de bois non-traitée, sans poussière ni écorce
  • Elle peut être utilisée aussi bien sèche qu’humide
  • Il est recommandé d’utiliser une poignée d’environ 5 à 7 grammes de laine de bois par vache 
  • Le stockage du sac doit s’effectuer dans un endroit propre (par exemple la laiterie)

L'exploitation agricole

Gérard Grandin à Lucé (61)

Description de l’élevage:

  • 1 UTH + 0,1 UTH salarié
  • 56 ha 100% herbe
  • 78 vaches laitières (Croisées)
  • Vêlages groupés Mars-Mai
  • Agriculture biologique

Historique

Depuis son installation en 2012, Gérard Grandin est dans une optique de réduction de son temps de travail. En plus de la monotraite partielle et de l’arrêt du maïs, il a choisi en 2014 de simplifier au maximum l’hygiène de traite. 

« Mon hygiène de traite est simplifiée au maximum, c’est-à-dire que je nettoie mes trayons que lorsque je vois des résidus de bouse ou de terre. J’utilise pour cela de la laine de bois que j’achète avec trois autres agriculteurs. 

Pour rester cohérent avec ma conversion en agriculture biologique, je souhaite limiter au plus possible l’impact que je peux avoir sur la flore de la peau des trayons, pour en maintenir l’équilibre.
Cela empêche alors la prolifération des pathogènes : moins j’interviens, moins j’ai besoin d’intervenir.
La laine de bois est donc un très bon moyen de nettoyer efficacement les trayons, lorsque c’est nécessaire, sans détruire cette flore, aucun produit chimique n’étant présent dans la composition. 

D’une manière concrète, j’adapte la quantité de laine de bois nécessaire à la saleté de la vache. J’utilise donc un sac de 25kg par an (soit pour 10 mois, la salle de traite étant fermée 2 mois en hiver). Je garde toujours mes mains au sec, ce qui est vraiment très appréciable, surtout pour moi qui suis sensible aux crevasses. 

Sur le plan sanitaire, et malgré ce que l’on pourrait croire avec cette organisation et le fait que je fais de la monotraite, je n’ai aucun problème, que ce soit sur les butyriques ou le taux cellulaires. La raison est bien entendue liée à ma conduite d’élevage, mes vaches étant au pâturage 10 à 11 mois sur 12 et n’étant pas de fortes productrices.»

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

A noter