Le décanteur ou Bassin Tampon de Sédimentation

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le BTS permet, après décantation, d'épandre, avec un tuyau percé ou par aspersion, à moindre coût les effluents peu chargés.

Pourquoi choisir cette solution ?

Peu exigeant en temps de travail

L’épandage des effluents se fait automatiquement, il faut seulement déplacer le tuyau ou l'asperseur une fois par semaine (durée : 20 à 30 minutes).

L’entretien ne doit s’effectuer qu’une fois par an, notamment pour le premier compartiment (environ 50 m3).

Un gain économique

Il n’est plus nécessaire de transporter les effluents, le transfert s’effectuant directement de l’exploitation aux terres.

Utilisable pour tous les effluents liquides

Les effluents pouvant être traités : jus de fumière et de silo, eaux de ruissellement des aires d'exercice extérieures, eaux de lavage de l'aire d'attente, des quais de traite, de la machine à traire et du tank à lait.

L’essentiel à savoir

Pour l'épandage des effluents :

Avoir quelques hectares d'herbages à proximité du corps de ferme.

Il est indispensable de déplacer régulièrement le tuyau ou l'asperseur pour éviter les problèmes sanitaires ou d'appétence et la concentration azotée.

Le tuyau perforé est la solution la plus fréquemment retenue.

Un délai d'attente de 3 semaines est nécessaire pour faire pâturer les animaux après épandage.

Un système complémentaire

Il peut venir en complément d'une fosse à lisier (dans un système libre-service par exemple).

Remarque :

Il existe d'autres filières de traitement des effluents liquides (filtre à paille, lagunage, filtre à roseaux).

Combien ça coûte ?

Coût hors aides :

- 13 000 € à 18 000 € HT pour le BTS ;
- 3 000 € de pompe ;
- 1 000 à 1 500 € pour les tuyaux ou 8 000 € HT pour l'asperseur.

L'expérience de Sylvain Lambert

« En 2004, à l'occasion de la mise aux normes, on a réfléchi sur un système qui nous permettrait de gagner du temps. A l'époque, on stockait les jus dans un trou et on passait un temps fou à épandre des mètres cubes de "flotte" qui ne valaient rien en azote. Avec mon associé, nous avons visité plusieurs décanteurs et ça nous a convaincus.

Nous avons choisi un système fumière puis décanteur. L'épandage se fait avec un asperseur mécanique après le décanteur, parce que pour nous de toute façon ça coûte moins cher qu'une tonne à lisier. De plus, on n'a pas besoin de mettre un tracteur devant, on économise du fuel et de la main d'oeuvre.

Je ne vois que des avantages, ça ne demande pas d'entretien, sauf la vidange annuelle du premier bac que nous faisons à la tonne à lisier.

Je ne regrette pas du tout d'avoir choisi cette solution car le décanteur coûte moins cher qu'une fosse en béton, et à peine plus cher qu'une fosse géo-membrane. »

L'exploitation agricole

Sylvain LAMBERT, agriculteur
à La Vieux-Rue (76)
(GAEC de la Hétraie)