Episode 6

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Ça coince dans le GAEC

Dans ce sixième article, Bruno témoigne sur les désagréments liés à l’absence de bureau au sein du GAEC.

Episode 6/10 – Une absence de lieu pour communiquer

« Lors de mon entrée dans le GAEC, il n’y avait pas de bureau spécifique sur l’exploitation. Avec mon frère Michel, nous faisions le point dans la maison de la ferme habité par mon frère. Très rapidement, ma belle-sœur Céline, a fait savoir qu’elle ne souhaitait pas que sa maison soit la salle de réunion du GAEC ».


La situation vécue par Bruno se retrouve dans bon nombre de sociétés agricoles. Elle peut générer ambigüité et tension entre associés et leurs conjoints. Comment Bruno et Michel ont-ils répondu à la remarque de Céline ?

La maison d’habitation comme lieu de rencontre

« Au moment de leur départ en retraite, mes parents ont laissé la maison d’habitation de la ferme à mon frère Michel. Nous avons décidé de garder l’organisation administrative mise en place à la création du GAEC et qui avait donné satisfaction. Les papiers de la société étaient stockés dans une pièce de la maison et les interlocuteurs de l’exploitation, conseillers et représentants, étaient reçus dans la pièce de vie. Avec Michel, on s’y retrouvait également tous les matins à 10h00 pour faire le point sur le travail de la journée autour d’un petit déjeuner. De mon côté, j’habitais à quelques kilomètres de la ferme. »

Ma belle-sœur perturbée

« Ma belle-sœur, infirmière à l’hôpital, est très organisée et très ordonnée. Certains matins, elle partait au travail sans avoir le temps de tout ranger. Elle était perturbée à l’idée de savoir que certaines personnes rentraient dans sa maison en désordre. Elle m’avait rassuré en m’indiquant que ce n’était pas moi qui la gênais mais les représentants dont certains avaient l’habitude de se présenter à la maison sans rendez-vous ce qui l’agaçait au plus haut point. »

Une impression partagée

« Je partageais l’analyse de Céline. J’étais embarrassé à chaque fois que je me rendais dans la maison de la ferme pour les affaires du GAEC. C’était la maison de mon enfance mais maintenant elle appartenait à mon frère. En outre, les papiers privés de Michel et de son épouse se trouvaient rangés dans le bureau avec les papiers de l’exploitation. L’ordinateur de la ferme était utilisé par mes neveux et nièces. Enfin, il n’y avait pas d’accès direct au bureau ce qui m’obligeait à rentrer dans la maison d’habitation. Je ressentais le besoin d’un lieu neutre où je pouvais me rendre sans rien demander à personne. Un exemple : lorsque je restais sur l’exploitation le midi, je me contentais souvent d’un sandwich pour éviter de déranger ma belle-sœur. »

La construction d’un bureau

« Dans un premier temps, nous avons installé un bureau provisoire. Il s’agissait d’un baraquement de chantier. Lorsque nous avons eu un peu de temps, nous avons transformé une ancienne grange en bureau. Nous nous y retrouvons tous les jours à 10 heures pour le petit déjeuner. J’ai maintenant un coin cuisine où je peux m’installer pour manger. Nous avons également acheté un canapé, ce qui me permet de me reposer quand, en période de vêlage, j’assure les permanences de nuit. Le bureau est fermé à clef. Tous les papiers de l’exploitation ont été rapatriés et nous avons acheté un ordinateur spécifique pour la société. Par ailleurs, les représentants ont vite pris l’habitude du bureau et ne se présentent plus à la maison. »

Des aménagements successifs

« La mise en place de ce bureau a permis d’apporter bien d’autres améliorations dans notre système de communication au quotidien. Nous avons installé une boite aux lettres spécifique au GAEC. Le courrier est ouvert indifféremment par moi ou par mon associé. Nous avons adopté un système de rangement commun aussi bien pour les pièces comptables que pour les papiers réglementaires liés à l’élevage. Chacun s’y retrouve parfaitement. Régulièrement, nous apportons des améliorations. Dernièrement, nous avons installé une ligne internet. C’est pratique, cela nous permet de faire toutes nos télé-déclarations. »

 

La communication : un système d’échange…

La communication dépasse largement la notion d’information qui veut dire diffusion des messages. Dans la communication ce qui est en jeu est l’échange avec d’autres. Les GAEC et les sociétés n'échappent pas à cette règle de bon sens. Mais nous communiquons direz-vous ! Nous nous voyons tous les jours et nous travaillons ensemble. Est-ce suffisant ?

…qui fonctionne

Aucun groupe ne fonctionne sans communication. La capacité des individus à bien communiquer dans le cadre d'une société est fondamentale pour l'efficacité et la pérennité de l'organisation. Elle conditionne la réussite de l'organisation.

Bien communiquer permet de :

- partager les informations,
- de faire coopérer les personnes,
- de créer du lien, de la proximité, de la convivialité entre les personnes,
- de réguler les tensions et les désaccords, de prévenir les conflits,
- de trouver des solutions à des problèmes que l’on n’arrive pas à résoudre seul : il y a plus d’idées dans deux têtes que dans une,
- de mieux appréhender les changements : un changement est mieux accepté s’il est discuté en amont, si l’avis de chacun a pu s’exprimer et être pris en compte et s’il se construit de manière collective.

 

 

Contact

Besoin d'informations ?
Un conseil personnalisé ?

Agenda

Aucune actualité disponible.