Vous êtes ici : Accueil > Toutes les actualités > Qui en juin se porte bien, au temps chaud ne craindra rien

Qui en juin se porte bien, au temps chaud ne craindra rien

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Semaine 25 - Une pluviométrie régulière associée à des températures modérées favorables à la croissance des graminées permet de maintenir une bonne pousse d'herbe (60 kg MS/Ha/jour).

Elle devient supérieure à la normale pour cette fin de seconde décade de juin. Actuellement nous sommes dans des conditions de pousse correspondant à celles d'un mois de mai normal : le besoin de surface pâturée est de l'ordre de 25 ares par vache. Dans certaines situations favorables, la pousse dépasse même les 100 kg MS/ ha/jour, les hauteurs d'herbe deviennent trop élevées et les stocks d'herbe d'avance sont importants.

Faucher les excédents d'herbe

Il ne faut pas hésiter à retirer du circuit de pâturage les parcelles dont les hauteurs d'herbe dépassent les 13 cm pour les faucher. Compte tenu des prévisions météorologiques, les épisodes pluvieux devraient se succéder au moins jusqu'à la fin de semaine et le ralentissement de la croissance de l'herbe n'est pas à craindre. Cependant cette situation climatique n'est pas très encourageante pour les récoltes d'herbe (ensilage et foin).

Les stocks d'herbe sont importants et maintenant il faut espérer au plus vite une fenêtre météo permettant de les récolter dans de bonnes conditions.  Si vous avez des prairies avec légumineuses, il est conseillé d'attendre que le sol soit bien ressuyé avant la fauche pour ne pas compromettre leur pérennité.

Le foin : conseil de chantier

Le foin est un fourrage utilisé par la plupart des élevages, et sa production n'est pas coûteuse. Toutefois, les conditions de séchage et la manipulation du fourrage peuvent affecter la qualité (andainage, formation des balles). Les fauches peuvent s'avérer difficiles, en particulier pour les légumineuses telle que la luzerne dont les feuilles sont facilement altérées pendant l'opération de séchage au sol.

Les quelques jours de beau temps ont permis à certains de récolter un chantier d’enrubannage. Le fourrage, fauché sur des sols humides met plus de temps à sécher. Parfois le foin est pressé trop tôt, il faut rester prudent et ne pas le stocker dans le hangar trop rapidement pour éviter les risques d'échauffement voire d'incendie. Il est préférable de laisser les balles au champ pendant 2 semaines avant de les rentrer en bâtiment. Un échauffement du fourrage après récolte est normal mais à partir d'une température de 52°C dans le tas il faut être très vigilant voire détasser le fourrage.

Itinéraire de récolte pour accélérer le séchage au sol :

  • Faucher en conditions sèches (fin de matinée par exemple).
  • Utilisation d’une conditionneuse (pour graminées), d'une faucheuse (pour légumineuses).
  • Fanage rapide dans les 3 heures après la fauche pour profiter de l’ouverture des stomates.
  • Pré-andainage et andainage le matin (feuilles réhumidifiées par la rosée. Attention à la vitesse des pirouettes.
  • Si les conditions de séchage sont vraiment défavorables, privilégier le pré-andainage en constituant d’abord les petits andains et en les regroupant au dernier moment avant le pressage.
  • Faciliter la circulation de l’air (hauteur de fauche, étalement, forme et dimension des andains). Toutes ces pratiques limitent la perte des feuilles.

Témoignage

GAEC du VASTEL

Morville (50), Producteur de lait en race normande

La mise à l’herbe a été lancée le 22 mars, 15 jours plus tôt que l’an dernier. A ce moment, nous savions que quelques parcelles seraient à écarter pour la fauche. Certaines étaient à plus de 11 cm. Le temps de faire la transition et avec une pousse d’herbe entre 40 et 70 kg sur cette période, nous avons dû mettre pour la fauche environ 13 ha. Nous avons réalisé l’ensilage début mai. Ensuite ces parcelles ont mis un peu de temps à reprendre une pousse correcte (au départ inférieur à 30 kg). Cela nous a obligé à reprendre une distribution de fourrage plus importante, autour d’une demi-ration à l’auge pendant environ 15 jours. Depuis le début juin, le circuit est moins tendu. Notre stock d’avance est remonté à 190 kg MS/ vache et une ration à l’auge à environ 5 kg MS (ensilage de maïs 3 kg MS et ensilage d’herbe 2 kg MS, stock 2018)

En ce moment, nous pratiquons quelques fauches de refus, après le passage des vaches et en les renvoyant le lendemain soir dans la parcelle. Pour le moment, nous n’avons pas essayé le topping avant le passage des vaches.

Pascal Rougier - Référent agriculture biologique, LITTORAL NORMAND